Dynamiques de groupe et dynamiques tribales…
contre développement personnel et détribalisation.

Secte

Cette page du glossaire est une ébauche
qui sera progressivement complétée.
Première publication le 28 mai 2009

Dernière édition le 2 juin 2009

Définir ce mot est plus simple qu’il n’y parait si l’on se donne la peine de revenir à son étymologie.

Étymologie:

Le mot est issu de secare (couper), et/ou de sequi (suivre) qui donnera “sectateur” (sectatorem, sectari, fréquentatif de sequi).

Réflexions et cheminement:

Si l’on prend pour point de départ une définition disponible sur wiktionary.org (Version du 10 mai 2009 ) et que l’on retranche les mots “dissident minoritaire” et “religieuses” trop réducteurs, on obtient:

Groupe clos sur lui-même et créé en opposition à des pratiques dominantes.

C’est très insuffisant car relativiste. Il ne s’agit pas tant de s’opposer à des pratiques dominantes… Dirions-nous, pour aller au bout de cette logique, qu’une secte devenue majoritaire ne serait plus une secte?1 Absurde bien entendu.

L’essentiel ici est dans le fait de suivre un groupe, un leader ou un dogme, pas toujours nécessairement à ses dépens, et de se couper des “autres”2, et de tout ce qui pourrait venir contrarier une dynamique tribale caractérisée par le repli sur soi.

Définition:

Une secte est donc un groupe clos sur lui même, sauf activités de prosélytisme, composé d’individus suivant volontairement ou non un leader ou un dogme; et en opposition, passive ou active, avec tout groupe ou individu à effet contrariant sur les dynamiques tribales qui assurent sa cohésion et son unité.

Le fait de suivre pourra correspondre

  • selon les cas à un choix s’il s’agit de l’adhésion d’un adulte,
  • et systématiquement d’une situation subie s’il s’agit d’enfants nés au sein de la secte à laquelle l’un des parents ou les deux appartiennent, même après que ceux-ci soient devenus adultes puisqu’il auront le plus grand mal à se libérer de leur conditionnement.

Liens externes

Union Nationale des Associations de Défense des Familles et de l’Individu Victimes de Sectes : unadfi.org

Notes

1 Le relativisme culturel d’une telle position est évident, ce qui ne l’empêche malheureusement pas de prospérer, parfois jusque chez des personnes pourtant elles-mêmes hostiles au relativisme culturel ! Le “fait minoritaire” ne peut-être envisagé comme un paramètre, alors qu’il l’est le plus souvent sans même que cela fasse débat ! Le fait que la plupart des sectes soient actuellement le plus souvent en situation de minorités est de l’ordre du constat, et ne peut en aucun cas constituer un élément de la définition. Affirmer le contraire, c’est s’engager à accepter qu’une secte n’en soit plus une le jour où elle sera devenue majoritaire, ce qui est bien évidemment presque toujours leur objectif. N’oublions jamais la triste formule de M. Laignel : « il a juridiquement tort car il est politiquement minoritaire. », comble de l’horreur relativiste sous forme de tyrannie de la majorité qui conduit à donner raison, rétrospectivement, aux pires des régimes totalitaires passés et présents. (d’autres citations ici )

2 “les autres” sont à entendre dans une logique de “nous” (contre) “eux” tout à fait caractéristique, et commune aux dynamiques tribales et sectaires.

tags: , ,

---