Dynamiques de groupe et dynamiques tribales…
contre développement personnel et détribalisation.

Piaget - La psychologie de l'enfant - Introduction

Jean Piaget – Bärbel Inhelder

1966 – PUF

La psychologie de l’enfant1 étudie la croissance mentale ou, ce qui revient au même, le développement des conduites (c’est-à-dire des comportements y compris la conscience), jusqu‘à cette phase de transition constituée par l’adolescence, qui marque l’insertion de l’individu dans la société adulte. La croissance mentale est indissociable de la croissance physique, notamment de la maturation des systèmes nerveux et endocriniens, se poursuivant jusque vers 16 ans. Il en résulte d’abord que, pour comprendre cette croissance mentale, il ne suffit pas de remonter jusqu‘à la naissance, car il existe une embryologie des réflexes (Minkowski) intéressant la motricité du foetus, et l’on a déjà invoqué les conduites préperceptives de celui-ci dans des domaines comme ceux de la perception de la causalité tactilo-kinesthésique (Michotte)2. Il en résulte aussi, d’un point de vue théorique, que la psychologie de l’enfant est à considérer comme étudiant un secteur particulier d’une embryogenèse générale, celle-ci se poursuivant bien après la naissance et englobant toute la croissance, organique et mentale, jusqu‘à l’arrivée à cet état d‘équilibre relatif que constitue le niveau adulte.

Seulement les influences du milieu acquièrent une importance de plus en plus grande à (partir de la naissance, du point de vue organique d’ailleurs aussi bien que mental. La psychologie de l’enfant ne saurait donc se borner à recourir à des facteurs de maturation biologique, puisque les facteurs à considérer relèvent également de l’exercice ou de l’expérience acquise, ainsi que de la vie sociale en général.

tags: , ,

---