Dynamiques de groupe et dynamiques tribales…
contre développement personnel et détribalisation.

Leadership et résistances inconscientes

Extrait du chapitre 1 du livre Le Groupe et l’Inconscient

Didier Anzieu

1999 – Dunod

Première édition en 1975

Les psychanalystes qui s’intéressent aux méthodes de formation en groupe n’ont jusqu’ici ni procédé suffisamment à la critique du vocabulaire psychosociologique de Lewin, de Rogers et de leurs disciples, ni énoncé avec assez de clarté et de fermeté le fait que le recours à ce vocabulaire par les moniteurs des groupes de formation survient essentiellement pour des raisons contre-transférentielles. Les concepts psychosociologiques en matière de dynamique des groupes relèvent en effet d’une attitude défensive envers les processus groupaux inconscients. La psychosociologie a par exemple privilégié le leadership au point d’en faire un processus clef dans le fonctionnement et la progression d’un groupe. La compréhension psychanalytique des groupes conduit à une conclusion bien différente, que Béjarano (1972) a énoncée : les phénomènes de leadership constituent, avec ceux du clivage en sous-groupes, la forme spécifique de la résistance dans les situations de groupes de formation non directifs ; le leader spontané est le porte-parole de la résistance inconsciente du groupe à un moment donné et si l’interprétation pertinente n’est pas donnée au groupe (ou si celui-ci ne la trouve pas lui-même), sa fantasmatique sous-jacente reste refoulée et son évolution bloquée.

tags: , , ,

---