Dynamiques de groupe et dynamiques tribales…
contre développement personnel et détribalisation.

La société ouverte et ses ennemis

Karl Popper

1979

Première édition en 1945

Cette page est une ébauche qui sera progressivement complétée

Postée le 5 février 2009

Dernière modification le …

Quatrième de couverture :

Présentation de l‘éditeur

Longtemps méconnue en France, l’oeuvre de Karl Popper, logicien et épistémologue, est un classique à l‘étranger. La Société ouverte et ses ennemis, écrit au début de la Deuxième Guerre mondiale, est un ouvrage de philosophie politique : plaidoyer passionné pour la démocratie, contre le totalitarisme de droite ou de gauche.

A la société close et immuable à base de tribalisme et de magie, l’auteur oppose la société ouverte, contrôlée par la raison, où la volonté de l’individu peut librement s’exercer.

A Platon, à Hegel, à Marx, il reproche de ne reconnaître l’histoire que pour ajouter qu’elle obéit à des lois qui déterminent le cours des événements : idée qui paralyse le progrès, en le soumettant à la fatalité historique. Elle a conduit le premier à proposer une cité dirigée par une élite omnipotente et omnisciente, où l’individu n’est rien et où la collectivité est tout ; le second à se faire le maître à penser de l‘État prussien et le théoricien d’une société dont se réclamera le totalitarisme; le troisième, en dépit d’une description perspicace des rouages de la société de son temps, à transformer des hypothèses en dogmes ; la science, qui repose sur l’expérience, doit pouvoir à chaque instant être remise en question.

Karl Popper soutient que l’homme peut forger son destin collectif en s’appuyant sur l’expérimentation et en procédant au coup par coup, pour progresser en éliminant les erreurs. Une évidente parenté entre les écrits des «Nouveaux Philosophes» et certaines des idées exprimées dans cet ouvrage en confirme, après quarante ans, la permanente actualité.

Biographie de l’auteur (par l‘éditeur)

Né à Vienne en 1902. Recherches en épistémologie. Un temps marxiste. Réfugié en Nouvelle Zélande de 1937 à 1945. Etabli en Angleterre depuis lors. Une oeuvre capitale dans les deux domaines de la méthode scientifique et des sciences politiques.

Table :

Tome I

L’ascendant de Platon

Préface à l’édition française
Introduction

Le mythe de l’origine et du destin

1. L’historicisme et le mythe du destin
2. Héraclite
3. La théorie platonicienne des Formes ou des Idées

La sociologie de Platon

4. Changement et immobilité
5. Nature et convention

Les idées politiques de Platon

6. La justice totalitaire
7. Le principe d’autorité
8. Le Philosophe-Roi
9. Esthétisme, perfectionnisme et utopie

Le fondement historique de l’attitude de Platon

10. La société ouverte et ses ennemis

Tome II

Hegel et Marx

L’essor de la philosophie prophétique

11. Les sources aristotéliciennes de l’hégélianisme
12. Hegel et le néo-tribalisme

La méthode de Marx

13. Le déterminisme sociologique de Marx
14. Autonomie de la sociologie
15. L’historicisme économique
16. Les classes
17. Le système juridique et le système social

La prophétie de Marx

18. L’avènement du socialisme
19. La révolution sociale
20. Le destin du capitalisme
21. Bilan de la prophétie marxienne

L‘éthique de Marx

22. Théorie morale de l’historicisme

Les prolongements

23. Sociologie de la connaissance
24. Philosophie prophétique et révolte contre la raison
25. L’histoire a-t-elle un sens?
Faits, normes et vérité

tags: , , , , , , , , ,

---