Dynamiques de groupe et dynamiques tribales…
contre développement personnel et détribalisation.

Cognitif, Cognition, Cognition sociale, Cognitivisme, Sciences cognitives

Cette page du glossaire est une ébauche qui sera progressivement complétée

Dernière modification le 15 novembre 2008

Cognitif

Définition de M. Richelle1 :

Qui se rapporte à la cognition.

Le terme ne figurait ni clans le Vocabulaire de la philosophie de A. Lalande en 1956, ni dans le Vocabulaire de la psychologie de H. Piéron en 1951. On le trouve occasionnellement dans le Traité de psychologie expérimentale de P. Fraisse et J. Piaget en 1963, mais sa présence discrète ne laisse pas augurer de la place qu’il tiendra, une vingtaine d’années plus tard, dans la plupart des écrits en psychologie. Il était cependant, comme cognition, d’un usage courant depuis longtemps dans le vocabulaire philosophique et psychologique anglais. C’est au succès du courant cognitiviste qu’il doit sans doute d’avoir été si généreusement emprunté.

Dans un premier sens, il qualifie tout processus de prise ou de traitement de l’information, et s’applique particulièrement à ce qui relève de la perception, de la mémoire, de la pensée, du langage. Il s’oppose alors à affectif, et son usage consacre une division en deux sphères des grandes fonctions psychologiques, voire des champs d’activité des psychologues.

Dans une acception liée plus spécifiquement au cognitivisme, il qualifie les processus ayant leur siège dans la boîte noire, dans l’esprit, par opposition aux comportements. Le terme est alors synonyme de mental

Dans le même cadre épistémologique, cognitif est parfois, mais non nécessairement, opposé à neuronal, ou biologique, et qualifie ce qui est du ressort de la psychologie (sous-entendu cognitive) par opposition à ce qui relève de la neurobiologie. L’opposition est parallèle à celle qui distingue le logiciel, le software, du matériel ou hardware dans un ordinateur. Le cognitif recouvre alors les niveaux de la computation et de la représentation, le neuronal se limitant à la réalisation (implémentation).

Dans un sens encore différent — mais on voit sans peine les liens entre ces différentes valeurs sémantiques du mot —, cognitif renvoie aux fonctions psychologiques supérieures, impliquant des élaborations complexes, des représentations., des outils symboliques, voire des prises de conscience, par opposition aux activités automatisées, ou aux régulations proprement biologiques (telles les régulations hormonales intervenant dans les émotions ou dans le déroulement des activités instinctives.), ou encore aux mécanismes caractérisant les récepteurs périphériques. Le cognitif n‘échappe pas aux contraintes de ces niveaux plus élémentaires (causalité. de bas en haut, ascendante.), mais il les module et les intègre à son tour (causalité du haut vers la bas).

Le terme a pris aujourd’hui une telle extension qu’après avoir distingué, par exemple, les apprentissages cognitifs des apprentissages moteurs, il est devenu banal de formuler des théories cognitives des apprentissages (quels qu’ils soient), voire de prêter des capacités cognitives aux organismes les plus élémentaires.

tags:

---