Dynamiques de groupe et dynamiques tribales…
contre développement personnel et détribalisation.

Derek Freeman

Cette page est une ébauche qui sera progressivement complétée

Posté le 22 mai 2008
Dernière modification le 7 juin 2008

Anthropologue de grand renom qui a consacré l’essentiel de ses travaux à la réfutation des conclusions de Margaret Mead concernant Samoa en raison de l’impact disproportionné, au regard de leur manque de rigueur scientifique, qu’elles eurent pendant de nombreuses décennies.

La nécessité de cette réfutation est malheureusement toujours d’actualité puisqu’ aujourd’hui encore de nombreux anthropologues, plus ou moins consciemment, s’inscrivent dans cet héritage particulièrement douteux. Faite vous-même le test: demandez en France à un libraire des livres pour vous initier à l’anthropologie et il y a fort à parier que dans la pile vous trouviez un ou deux ouvrages de Margaret Mead qu’il vous présentera comme une « référence »… A leurs décharge, et c’est en soi symptomatique, il n’existe pas à ce jour de traduction en français des livres de Derek Freeman. C’est pourquoi il est si important, et toujours si nécessaire, de l’étudier: bien plus qu’une simple réfutation permettant de comprendre où se trouve la réalité scientifique, ses travaux sont le révélateur édifiant des conflits et enjeux qui animent le monde de l’anthropologie encore de nos jours.

Morceaux choisis

Vous trouverez des extraits de son ouvrage le plus important sur le lien suivant :

Derek Freeman dans la francophonie

Alors que ses travaux sont d’une importance capitale et incontournable dans les domaines qui nous occupent ici, il est regrettable qu’ils soient encore souvent trop ignorés dans la communauté francophone pour des motifs idéologiques. En effet, si les réfutations imparables que Derek Freeman a apporté aux conclusions de Margaret Mead dans son Coming of Age in Samoa détruisent ce que l’on a appelé un « absolutisme dans le déterminisme culturel » très en vogue au début du XXème siècle; ce biais idéologique n’a pas totalement disparu. Comme tous les mythes celui-ci a un caractère immortel, et il est d’autant plus vivace qu’aux aspects mythiques s’ajoute peut-être la crainte de ses adeptes, de voir le curseur retourner vers l’extrême inverse qu’est le déterminisme biologique. Anticipant sur les extraits que je vous propose sur ce site, vous constaterez que la réalité se trouve, comme souvent, à mi chemin entre ces deux extrêmes1; comme le démontre d’une façon plus imparable encore, si besoin était, les découvertes les plus récentes dans les neurosciences elles-mêmes.

La controverse

Si le premier livre de Derek Freeman n’est malheureusement paru qu’en 1983, soit après le décès de Margaret Mead en 1978; on remarquera qu’il est regrettable qu’elle ne lui ait jamais répondu de son vivant quand il l’informa à partir de 1964, comme le veulent l’usage et la courtoisie, des résultats de ses travaux. Un élément de plus en renfort du caractère mythique de l’héritage de Margaret Mead.

Malheureusement, les rares commentaires francophones2 sur cette controverse que j’ai pu trouver sur Internet tombant dans le caricatural, à tel point que c’est à se demander si leurs auteurs se sont donné la peine de lire Derek Freeman, le mieux est encore de vous faire votre propre opinion en vous procurant son livre, au-delà des quelques extraits que vous trouverez sur ce site.

Enfin, le lecteur passera à côté de l’essentiel s’il ne réalise pas que toute l’importance de la controverse tient essentiellement à l’angle d’attaque très rapidement choisi par Margaret Mead. En effet, elle se positionna ouvertement dans une logique de combat qui se résuma à construire un contre exemple, un « argument contradictoire », une exception à la règle3
En effet, avec l’effondrement des thèses de Margaret Mead, qui reste à ce jour la seule « exception à la règle » de tout ce qui a toujours été observé et collecté comme informations anthropologiques sur la réalité du monde tribal, c’est tout simplement cette « exception à la règle » qui disparaît. Autrement dit, les travaux de Derek Freeman n’ont pas pour seule conséquence de ramener le curseur à un équilibre entre l’influence de la nature et de la culture dans le comportement humain; ils nous apprennent que les mécaniques élémentaires de l’ordre tribal sont universelles, aussi diverses et complexes que puissent être les apparences et rituels derrières lesquels elles se dissimulent.
Avec Derek Freeman c’est une conclusion, quelque peu dérangeante pour les utopistes, qui s’impose : la réalité du monde tribal, impitoyable et très éloigné du jardin d’Eden, est universelle et ne connaît pas d’exception.

Critique des “arguments critiques” (en préparation)

Encore de nos jours, il est possible de trouver des adeptes de Margaret Mead. Leurs arguments ne révèlent qu’une chose à ceux qui ont (sérieusement) étudié le sujet : leur méconnaissance des travaux de Derek Freeman. Toutefois, pour ceux qui n’auraient pas la possibilité de le lire, j’ai pour projet de compléter plus tard cette page avec une série de brèves réponses aux contre-arguments. D’ici là, faites-vous votre propre opinion en lisant son livre ou, au minimum, en regardant le documentaire, datant de 1988, référencé ci-dessous.

Notes

1 Le déterminisme biologique dont il sera alors question est celui auquel le primate humain est soumis – un “déterminisme biologique universel” – et non le déterminisme biologique tel qu’il était envisagé au XIXe.

2 N’hésitez pas à me signaler à ce propos les textes qui m’auraient échappés.

3 Pour mieux cerner cette logique de combat qui se résuma à construire un contre exemple, voir cet extrait

Oeuvres

  • Margaret Mead and the Heretic: The Making and Unmaking of an Anthropological Myth (1996)
  • The Fateful Hoaxing of Margaret Mead: A Historical Analysis of Her Samoan Research (1999)

Voir aussi

En ouverture du chapitre 7 de Margaret Mead and Samoa – The Making and Unmaking of an Anthropological Myth, Derek Freeman cite David Hume

Vidéos

  • “Tales From The Jungle: Margaret Mead” sur youtube.com Part 1 of 6 (pas véritablement objectif)

Sur Wikipédia :

tags: , , , , ,

---