Dynamiques de groupe et dynamiques tribales…
contre développement personnel et détribalisation.

Compte rendu d'un ouvrage publié par des membres de la Société Philomathique

Les Conférences de la Société Philomathique de Paris1

-

Jack Baillet, Jean-Paul Demarez et Erik Nortier
De retour de Babel : Une histoire biosophique de l’humanité
Paris, Estem, 2005, 618 p.

Dans notre fascicule précédent, nous avons présenté le compte rendu d’un ouvrage de deux de nos confrères, Jack BAILLET et Jean-Paul DEMAREZ, qui a pour titre Examen critique et raisonné des philosophes contemporains, de leur vie, doctrines et opinions2, et nous avons dit que cet ouvrage est un livre intelligent et utile, qui mérite d‘être lu. Aujourd’hui, les deux auteurs, auxquels s’est joint un troisième, qui n’est autre que notre Secrétaire Général, poursuivent leur réflexion, en publiant un gros volume scientifique, historique et philosophique qui prolonge le précédent et dont le titre est suggestif.

L’ouvrage a effectivement pour but de montrer, d’après les découvertes scientifiques des différentes époques, les étapes successives de l’histoire du primate humain depuis que celui-ci est apparu dans l‘évolution des êtres vivants sur terre. La présentation du livre au dos de la couverture permet de comprendre le dessein des auteurs et nous en reproduisons intégralement le texte :
« Primate parmi les primates, anatomiquement et physiologiquement moins performant que certaines autres espèces animales, soumis aux mêmes nécessités qu’elles pour survivre, l‘être humain possède cependant des spécificités le rendant exceptionnel dans le monde vivant.
« Son originalité résulte de la structure et du fonctionnement de son cerveau, et de l’usage de la langue.
« Il subit les fatalités programmées des motivations, des rêves, des émotions et, s’il reste capable d’une certaine sagesse pratique, il commet souvent le pire lorsqu’il est en proie aux illusions groupales.
« Car, depuis des centaines de milliers d’années, il se regroupe en tribus qui s’affrontent au nom de leur imaginaire, totems, dieux ou doctrines, de façon irrésistible, et sans que l’expérience des hécatombes passées puisse lui servir
« La moisson des faits recueillis grâce aux sciences et aux sciences humaines
a permis aux auteurs de valider un « modèle biosophique » à la croisée de la biologie et de la psycho-analyse, procurant au lecteur des outils pour aborder les mystères de l’homme et décoder l’humaine nature, telle qu’elle est, de l’aube initiale à l’orée du xxie siècle. Ainsi équipé, il pourra dorénavant croire à ce qui lui plaît, mais en connaissance de cause. »

Le dessein est ambitieux. Mais le contenu de l’ouvrage et l’esprit qui anime les auteurs permettent à ces derniers de croire à juste titre qu’ils ont répondu à leur projet. De toute manière, J. B., J.-P. D. et E. N. défendent brillamment leur thèse et leur argumentation est convaincante.

En dépit de l’humour des auteurs qui permet une lecture très agréable du texte, l’ouvrage est un livre sérieux, qui sera très utile au public cultivé, à tous ceux qui s’intéressent aux sciences et même aux scientifiques au sens le plus strict du terme. Il choquera peut-être les esprits chagrins en dénonçant avec le tribalisme le penchant des primates que nous sommes à adhérer aux groupes politiques, sociaux, culturels, philosophiques ou religieux dans la descendance simiesque qui est la nôtre dans l‘évolution du monde terrestre. Mais le mot appartient au vocabulaire des auteurs du livre, qui sont tous les trois des médecins universitaires habitués au franc-parler courant dans leur profession. Au surplus, ce terme est usuel en anthropologie et en sociologie, où il peut avoir une acception générale, et les auteurs l’utilisent à bon escient pour évoquer l’instinct grégaire du primate humain. C’est dire que le tribalisme de l’homme doit être replacé dans la dialectique de la nature, qui commande l‘évolution de ce primate dans son état biologique passé, présent et futur.

Le rappel continuel des découvertes scientifiques et médicales qui permettent à J. B., à J.-R D. et à E. N. d‘écrire leur histoire biosophique de l’humanité fait de l’ouvrage une étape importante dans l’essor de la pensée scientifique à l’heure actuelle. De toute manière, ce livre incite le lecteur à approfondir ses connaissances et à les interpréter correctement. C’est pourquoi on doit le considérer comme une contribution marquante à la philosophie des sciences et à la diffusion de la culture scientifique. Telle est l’appréciation très favorable qu’on peut donner de cet ouvrage philomathique bien pensé et généralement bien écrit par ailleurs.

ANDRÉ TUILIER

1Société Philomathique

2Examen critique et raisonné des philosophes contemporains, de leur vie, doctrines et opinions

tags: , ,

---