Dynamiques de groupe et dynamiques tribales…
contre développement personnel et détribalisation.

Examen critique et raisonné des philosophes contemporains,

de leur vie, doctrines et opinions

Jack Baillet et Jean-Paul Demarez

Les Belles Lettres – 7 septembre 1999

Cette page est une ébauche qui sera progressivement complétée

Dernière modification le 28 mai 2008

Quatrième de couverture

Présentation de l‘éditeur

Que recouvre cette philosophie contemporaine devenue soudain une mode très envahissante ? Quelles sont ses origines, et que cherche-t-elle à nous dire par ses énoncés le plus souvent obscurs aux profanes ? Plus crûment, est-elle une imposture campée sur un vocabulaire terrorisant, ou répond-elle vraiment aux questions qu’elle pose, et qui concernent toute l’humanité ?

Avec une bienveillante ironie, deux médecins projettent ici un éclairage inédit et décapant sur les constructions opérées par ces figures canoniques qui vont de Nietzsche à Heidegger ou Wittgenstein, et de Sartre à Foucault ou Derrida, sans omettre les épisodes les plus marquants de leur existence.

Mené d’un ton allègre, leur examen s’aide d’un outil issu des plus récentes découvertes de la neurophysiologie – la matrice biosophique – qui leur permet de confronter le dire des philosophes aux acquis de la science, avec pour seule ambition de donner au lecteur les instruments nécessaires pour forger sa propre conviction.

Biographie des auteurs

Jack Baillet, médecin praticien et enseignant à la Faculté, est l’auteur d’un précis de physiologie humaine de référence.

Jean-Paul Demarez, pharmacologue et juriste, a exercé comme anesthésiste réanimateur ; il est chargé de cours à l’Université de Paris VI et chroniqueur dans la presse professionnelle.

Table des matières

Prologue : Le filon philo
Préface où les auteurs déballent leur trousse à outils
Les humanistes découvrent la nature humaine dans les textes grecs
Le jeu philosophique s’invente et se pratique à chaque symposion, entre potes, comme chez Agathon en 416 avant Jésus-Christ
Voltaire et Diderot préfigurent l’intellectuel maître penseur aspirant non au pouvoir mais au magistère
Kant et Hegel, virtuoses du bavardage rationaliste, transforment le philosophe en un professionnel et un apparatchik
Kierkegaard, Nietzsche, philosophes amateurs, font découvrir aux professeurs de philosophie les fatalités de la vie affective qui se joue, chez chaque Primate humain, sur les registres viscéro-somatique et sexuel-tribal des origines
Le médecin et biologiste Sigmund Freud imagine la thérapeutique psychanalytique et, improvisateur virtuose sur le registre sexuel-tribal, devient le plus célèbre des philosophes existentialistes
Husserl, juif converti au protestantisme, et son disciple Heidegger, un moment nazi, ne savent pas lire Schopenhauer, le bourgeois apatride, et se voient libérés de la machinerie neuronale qui reste à découvrir
À la Bourse des Idées les philosophes ratent leur O.P.A. sur « la » science
Deux épistémologues iconoclastes lancent les bavardages savants ou naïfs de ceux qui veulent ignorer que « la » science est nécessairement à la fois une pratique contrôlable et une théorie réfutable.
Au contact de Normale Sup’, la maison forte parisienne, des stakhanovistes du logos rationnel, apparatchiks de la philosophie par vocation, redécouvrent le registre sexuel-tribal pour y exprimer la haine des bourges et la satisfaction narcissique des bonnes appartenances
L’apaisement philosophique s‘établit à travers l’Atlantique
Les discours élaborés de la philosophie, l’inépuisable Jeu des Idées, aident à vivre ceux qui l‘écrivent. Ils distraient ceux qui les lisent et les préparent à résister aux bricolages idéologiques et aux bavardages éthiques

Voir aussi

Liens externes :

tags: , ,

---