Dynamiques de groupe et dynamiques tribales…
contre développement personnel et détribalisation.

Le groupe primaire

Extrait du chapitre 1, Le concept de groupe,
du livre La dynamique des groupes restreints

Didier Anzieu et Jacques-Yves Martin

2004 – puf

Première édition en 1968

Le groupe primaire ou groupe restreint. — Il présente les caractéristiques suivantes :

— nombre restreint de membres, tel que chacun puisse avoir une perception individualisée de chacun des autres, être perçu réciproquement par lui et que de nombreux échanges interindividuels puissent avoir lieu ;

— poursuite en commun et de façon active des mêmes buts, dotés d’une certaine permanence, assumés comme buts du groupe, répondant à divers intérêts des membres, et valorisés;

— relations affectives pouvant devenir intenses entre les membres (sympathies, antipathies, etc.) et constituer des sous-groupes d’affinités ;

— forte interdépendance des membres et sentiments de solidarité ; union morale des membres du groupe en dehors des réunions et des actions en commun ;

— différenciation des rôles entre les membres ;

— constitution de normes, de croyances, de signaux et de rites propres au groupe (langage et code du groupe).

Toutes ces caractéristiques ne sont pas nécessairement présentes à la fois dans le même groupe. Le vocabulaire est particulièrement riche en termes qui entrent dans cette catégorie : antenne, aréopage, ban, brigade, cartel, caste, cénacle, clan, collège, comité, commando, commission et sous-commission, communauté, commune, consortium, corps, coterie, cour, directoire, équipe, groupuscule, jury, patrouille, phalange, phratrie, pléiade, noyau, secte, tribu.

Dans le groupe ainsi défini se développent des conduites d’entretien, qui visent la conservation du groupe comme réalité physique et comme image idéale, et des conduites de progression, qui amènent la transformation : a) des relations entre les membres ; b) de l’organisation interne ; c) du secteur de la réalité physique ou sociale dans lequel le groupe a choisi ses buts. La prédominance du premier type de conduite caractérise la réunion mondaine ou les groupes commémoratifs. Les groupes d’action privilégient le deuxième type de conduite, sans pouvoir néanmoins se passer du premier.

Quand l’activité du groupe ou du groupement, pris aux sens précédents, consiste uniquement en réunion avec débats, le terme approprié est celui de réunion-discussion. Là encore la terminologie est abondante : assise, carrefour, colloque, comices, conciliabule, conférence, congrès, conseil, convention, entretien, palabre, rencontre, séminaire, symposium, ainsi que des mots empruntés à l’anglais : meeting, staff-meeting, brain-trusts8.

8 Cf. le tableau de classification des réunions, Annexe n° 2, p. 369.

tags: , , , , , ,

---