Dynamiques de groupe et dynamiques tribales…
contre développement personnel et détribalisation.

Les deux racismes

Extrait du livre La Défaite de la pensée

Alain Finkielkraut

Edition Gallimard, collection Folio – sept 2007

Deuxième partie – La trahison généreuse
Race et culture – Page 106-107

(…)

Le mot racisme, en effet, est trompeur : il réunit sous un label unique deux comportements dont la genèse, la logique et les motivations sont complètement dissemblables. Le premier situe sur une même échelle de valeurs l’ensemble des nations qui peuplent la terre; le second proclame l’incommensurabilité des manières d‘être; le premier hiérarchise les mentalités, le second pulvérise l’unité du genre humain; le premier convertit toute différence en infériorité, le second affirme le caractère absolu, indépassable, inconvertible des différences; le premier classe, le second sépare; pour le premier, on ne peut pas être persan, aux yeux du second, l’on ne peut pas être homme, car il n’y a pas entre le Persan et l’Européen de commune mesure humaine; le premier déclare que la civilisation est une, le second que les ethnies sont multiples et incomparables. Si le colonialisme est bien l’aboutissement du premier, le second culmine dans l’hitlérisme1.

(…)

1 Sur les deux racismes, voir, outre l’article inaugural de Jeanne Hersh, « Sur la notion de race » (Diogène, no 59, 1967), Pierre-André Taguieff, « Le néoracisme différentialiste », Langage et société, no 34, décembre 1985, et Arthur Kriegel, La race perdue, P.U.F., 1983.

tags: , ,

---